60% des contrôles de CIR conduisent à une rectification

Pour sécuriser son CIR choisir un cabinet conseil aux valeurs éthiques fortes

Une étude récente SYNTEC/F-Iniciativas publiée par FrenchWeb.fr sur l’impact du CIR sur les entreprises du numérique révèle que la moitié des entreprises ont eu un contrôle dans les 5 dernières années. Mais surtout que 60% des contrôles conduisent à une proposition de rectification conduisant à une rectification effective pour 40% des entreprises contrôlées.

Quand on sait que la même étude montre que 83% des entreprises sont accompagnées par un cabinet « spécialisé » pour le montage de leur dossier, on peut s’interroger sur la qualité de cet accompagnement. A noter que les redressements ne portent que très rarement sur des manquements délibérés (3% des cas).

La qualité des cabinets conseil remise en cause

Ce résultat n’est pas étonnant quand on sait que la majorité des cabinets dits « spécialisés », émanent en fait de la pratique du cost-killing et non pas d’une approche du crédit impôt recherche par la validation scientifique des projets. Leur mode de rémunération au pourcentage les amène à pousser le chef d’entreprise à faire de l’optimisation à outrance qui se traduit au final par un redressement.

Pour sécuriser son CIR choisir un cabinet conseil aux valeurs éthiques fortes

Cela nous conforte dans notre choix de travailler exclusivement en honoraires fixes et non pas au pourcentage. En effet,  la même étude montre que 30% des chefs d’entreprises interrogés considèrent la peur du contrôle fiscal comme un frein majeur à l’utilisation du CIR, et que 45% de ceux qui se font accompagner cherchent avant tout la sécurisation de leur démarche.  pour sécuriser son CIR choisir un cabinet conseil aux valeurs éthiques fortes focalisé sur la validation scientifique des dossiers est un atout déterminant.